Med Makhlouf

Marin, B., Legros, D. & Makhlouf, M. (2005b). Analyse de la production de texte en contexte plurilingue. Implications pour la théorie et la méthodologie dans une démarche linguistique structurale et fonctionnelle. XXIXth International Conference on Functional Linguistics SILF 2005. HELSINKI, Finland, 21-24 septembre 2005

  Contextes, langage et cognition

Présentation

Nous présentons dans le cadre du projet TCAN- CNRS les premiers résultats d'une étude visant à déterminer l'effet croisé de l'oralité et de variables linguistiques référant à des situations mono vs plurilingues sur les niveaux de compréhension et d'interprétation de textes culturellement marqués (Singhal, 2001) tels qu'il peuvent être inférés à partir de l'analyse de la forme de surface textuelle.
L'activation de connaissances expériencielles et narratologiques (pré) construites en situation de médiation narrativisée réinterroge la question de la hiérarchisation des informations à l'origine de la compréhension fine d'un texte selon les critères d'homogénéité linguistiques concernés par les opérations mentales mobilisées. En contexte multilingue et pluriculturel, l'écrit et l'obstacle qu'il peut constituer, contraint par l'opacité du signifiant, se traduit par la difficile appréhension de codes linguistiques hétérogènes (Brantmeier, 2003) qui altèrent les compétences d'identification des représentations liées à l'émergence de la polysémie textuelle. Dans une telle démarche, l'oral et l'oralisation sont appréhendés comme les processus catalyseurs de l'émergence du sens dans un contexte plurilingue favorisant la construction de la signification des textes ainsi que les connaissances qu'ils activent (Marin, Legros & Makhlouf, 2005).

A partir de la lecture sur support papier d'un conte kabyle, dans deux classes de la fin de l'école élémentaire française, des élèves de onze ans appartenant à des communautés linguistiques différentes (situation de monoglossie correspondant à la langue d'enseignement, le français vs situation de diglossie) ont été soumis à une épreuve de rappel immédiat, puis, une semaine plus tard, à une seconde épreuve de rappel, plus exigeante, dans le cadre d'une deuxième confrontation avec le même conte présenté cette fois-ci, dans des conditions d'accès différentes en fonction des élèves (lecture silencieuse vs écoute d'une version oralisée enregistrée par un conteur professionnel). Les données recueillies ont été analysées d'une part en fonction des paramètres déterminés par les conditions expérimentales, et d'autre part, en fonction de l'origine culturelle et linguistique des participants.
Les résultats observés tendent à montrer les résonances profondes créées par la lecture oralisée qui permet, dans la situation expérimentale mise en place, de dépasser le clivage entre élèves en situation de réussite et élèves en état d'échec scolaire, pour pointer la nécessaire prise en compte de la variable culturelle et de l'opposition entre message oral et écrit.

Ainsi, la présentation d'un texte issu de la culture de référence de certains élèves ne leur permet d'identifier les situations d'une culture dont la langue véhicule les modes de pensée (French & Jacquet 2004) que dans certaines conditions de communication. Il s'agit donc de considérer comment l'oralité, congruente par rapport aux conditions d'apprentissage de la langue maternelle se retrouvant vecteur d'informations et de connaissances, facilite l'accès à la polyphonie textuelle par la mise en cohérence avec le texte lu. L'écrit s'il permet un accès aux formes narratives automatisées freine la compréhension sous-jacente, réactivée par la forme oralisée.
Ces considérations invitent à prendre en compte le poids des facteurs origine culturelle, linguistique et géographique dans la construction des représentations en situation de plurilinguisme, dans l'interaction entre écriture et oralité.

Références

Brantmeier, C. (2003). Statistical procedures for research on L2 reading comprehension: An examination of ANOVA and Regression Models. Reading in a Foreign Language Volume 16, Number 2.   Lire
French, R. M. & Jacquet, M. (2004). Understanding Bilingual Memory: Models and Data. Trends in Cognitive Sciences,8(2), 87-93.   Lire
Marin B., Makhlouf M. & Legros D. (2005). Cultural and linguistic context and didactic cognition of youth literature. Congress of the International Association for the Improvement of Mother Tongue Education : La littérature de jeunesse dans le contexte familial et scolaire : Apprentissage et enseignement des langues maternelles. Université Toulouse- Le Mirail - ALBI 11-13 Mai 2005.
Singhal, M. (2001). A Comparison of L1 and L2 Reading: Cultural Differences and Schema. The Internet TESLJournal,Vol. IV, No. 10, October 1998.   Lire